Vitae Recrutement International Inc

Employeurs qui embauchent des travailleurs étrangers : 3 entreprises, 3 régions

 

Parmi les solutions au manque de personnel, des entreprises de partout au Québec ont penché pour le recrutement international. Quels sont ces employeurs qui embauchent des travailleurs étrangers? En voici trois, de trois régions québécoises différentes ayant tenté l’expérience.

 

Olymel, Lanaudière La région de Lanaudière dans la province de Québec

Fondée en 1991 à Saint-Hyacinthe, la réputation de cette entreprise œuvrant dans la transformation de produits alimentaires n’est plus à faire. Olymel embauche 13 000 employés à travers le Canada et à l’étranger. La liste des employeurs qui recrutent des travailleurs étrangers, l’usine d’Olymel à Saint-Esprit y figure depuis 2009. Dix ans plus tard, 90 % des 80 Mauriciens recrutés à l’époque y sont toujours à l’emploi. Gage de réussite d’une telle initiative, Olymel renouvelle l’exercice. Ainsi, l’entreprise recrute à ce jour des ressortissants étrangers pour plusieurs autres de ses usines, dont celle de Vallée-Jonction, en Beauce.

 

Métal Bernard, Chaudière-Appalaches

La région de Chaudière-Appalaches dans la province de QuébecDepuis 37 ans, Métal Bernard se spécialise dans la transformation de métal en feuille. L’usine tient ses activités à Saint-Lambert-de-Lauzon, dans la Nouvelle-Beauce. Elle intègre depuis plusieurs années des travailleurs issus de cultures différentes. Dernièrement, à l’été 2019, Métal Bernard et sa petite sœur, CDMB, ont accueilli en leurs murs une première cohorte de travailleurs étrangers temporaires dont un Camerounais, un Français et sept Tunisiens. Précisons que l’entité fait partie du Groupe Mundial et que celui-ci accueillera, toutes divisions confondues, un total de 40 travailleurs étrangers temporaires d’ici fin 2020. Ce n’est qu’un début!

 

 

 

 

Fromagerie Boivin, Saguenay-Lac-Saint-Jean

La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la province de Québec

Au nord-est de la province, la fromagerie tant appréciée des plus gourmands d’entre nous fait elle aussi partie des employeurs qui embauchent des travailleurs étrangers. D’abord au Mexique, au Maroc, puis aux Philippines, M. Luc Boivin, directeur général de l’entreprise, s’intéresse à présent à la Tunisie afin de combler ses rangs. Alors que le domaine de la restauration est en manque cruelle de personnel, ce n’est pas moins de 10 700 candidatures qui ont été reçues après avoir affiché ces postes en Tunisie. De toutes évidences, le pays nord-africain laisse envisager une forte complémentarité avec les besoins canadiens.

 

En somme, partout au Québec, des entreprises du domaine de la transformation alimentaire, industriel ou encore de la restauration ont fait appel au recrutement à l’international. En fin de compte, plusieurs grands employeurs embauchent des travailleurs étrangers. Tel que vécu par ces fabriques et commerces, en ville ou en région, les nouveaux arrivants sont assurément une solution intéressante au manque de ressources humaines.

 

Sources

https://www.lesaffaires.com/dossier/penurie-de-main-d-oeuvre-les-solutions/faites-appel-a-l-immigration-mais-sans-improvisation/605247

http://www.olymel.ca/fr/entreprise/qui-sommes-nous/

https://www.groupemundial.com/fr/

https://www.lequotidien.com/actualites/fromagerie-boivin-neuf-tunisiens-a-la-rescousse-7f4ff1470201d87bc8f992bf7122dd38?fbclid=IwAR10N1SiGFF3G3YLWOEpCtVRxaSdl0nlcMAWo89VSCZzQf6kpbMnavKcwTc

Image parAlain Audet de Pixabay

Post a Comment

You don't have permission to register